Accueil > Les nouvelles du coin > Article de la confédération paysanne sur les circuits courts et la vente (...)

Article de la confédération paysanne sur les circuits courts et la vente directe pendant le confinement

Covid-19 : Circuits courts et vente directe
Circuits courts et vente directe sont perturbés par les mesures de confinement. Le 23 mars, le gouvernement a annoncé la fermeture des marchés, sauf dérogations. Retrouvez les principales informations sur cette page, régulièrement mise à jour.

Nous essayons d’analyser précisément cette interdiction et de comprendre notamment quels points de vente sont concernés au delà des marchés de plein vent.

Marchés

Le 24 mars un décret interdit les marchés, mais laissent la possibilité de leur réouverture par les préfets sur avis des maires. La Confédération paysannes s’est mobilisée pour leur maintien dans les départements et de nombreux marchés ont déjà réouverts. Retrouvez ci-dessous des documents que vous pouvez utiliser pour vous mobiliser pour la réouverture de vos marchés locaux :

  • un courrier type à destination des maires. Cliquez ici pour accéder au courrier, et ici pour la version modifiable.
  • un guide pour les producteur.rice.s pour les marchés, réalisé avec la fédération des marchés. Cliquez ici pour accéder au guide.
  • un document type infographie de la Confédération paysanne qui peut être utilisé pour vos communications. Cliquez ici pour accéder au document (MAJ 25/03).

A la lecture du décret, nous interprétons par ailleurs que les livraisons et retraits de commandes en ligne (y compris à la ferme sous forme de drive) restent autorisés. Les AMAP peuvent poursuivre leur activité normalement en respectant les mesures barrières. C’est en tout cas ce qu’a confirmé la préfecture d’Auvergne Rhônes-Alpes.

La Confédération paysanne est en lien avec le Ministère de l’agriculture pour confirmer rapidement la compréhension que nous avons de ce texte et vous donner ainsi une information plus précise.

La Confédération paysanne estime que l’approvisionnement alimentaire de la population doit pouvoir se poursuivre en dehors des grandes surface. Cette crise du Covid-19 ne doit pas détruire le travail quotidien que nous menons pour relocaliser la production et assurer la souveraineté alimentaire. Cette crise ne doit pas profiter à la concentration de la production et au circuit de distribution par les grandes surfaces car rien ne justifie que ces espaces soient plus protecteurs que les circuits en vente directe. Ainsi, nous nous mobilisons pour maintenir au maximum la possibilité de points de vente directe (marchés, vente à la ferme, etc).

Initiatives et alternatives possibles pour le maintien d’un approvisionnement alimentaire en vente directe suite à la fermeture de nombreux marchés :

La Conf’ et la FNAB s’associent pour recenser les initiatives en cours sur le terrain afin de développer et déployer la vente directe. Voir au lien qui suit les initiatives recensées. Et ci-dessous les principaux types d’alternatives recensées. N’hésitez pas à les reproduire et à nous faire remonter les vôtres !

Epiceries ambulantes : la Confédération paysanne de l’Aude expérimente cette possibilité.
Statut juridique : en attente de sécurisation réglementaire par le ministère de l’agriculture

Développer la vente directe sur les fermes en regroupant les produits de plusieurs fermes.
Statut juridique : autorisé sans dérogation préfectorale si seul le.la producteur.trice de la ferme regroupe les produits des autres paysan.ne.s et les commercialise

Marchés à la ferme : regrouper les produits de plusieurs fermes en organisant un marché à la ferme, où chaque producteur commercialise ses produits comme sur un marché.
Statut juridique : en attente de sécurisation règlementaire par le ministère de l’agriculture, a priori soumis à dérogation préfectorale pour l’instant

Se rapprocher des plateformes de vente en ligne dont voici une liste non exhaustive :
- https://www.cagette.net/
- https://www.panierlocal.com/
- https://www.local.bio/
- https://kuupanda.com/
- https://www.pourdebon.com/
- https://www.kelbongoo.com/ (Picardie seulement)
Statut juridique : autorisé sans dérogation

Encourager les producteurs à mettre en place des groupement d’achat par village ou par quartier.
Par exemple en distribuant dans les boites aux lettres les numéros des producteurs pour passer les commandes et en groupant les livraisons. C’est ce qu’a fait la Conf’ de l’Aveyron, en lien également avec les petits commerçants (boulangers etc.).
Statut juridique : les livraisons chez des particuliers sont autorisées sans dérogation.

Mise en lien des producteurs en manque de débouchés et des consommateurs par les réseaux sociaux et les sites internet.
- Un outil est disponible pour les Conf’, il permet de recenser les produits à écouler et les demandes des consommateurs. Nous contacter pour le recevoir.
- La Conf’ du Gard, avec la FD Civam* a mis en place une cartographie participative pour identifier les circuirts courts
Statut juridique : autorisé sans dérogation

Mettre un stand devant un magasin, petit commerçant ou parking privé de grande surface
D’ordinaire, ce type de commercialisation est souvent pratiqué par les ostréiculteurs. Il nécessite l’accord du commerçant. Nous n’avons pas encore validé la possibilité de recourir à cette option.
Statut juridique : en attente de sécurisation règlementaire par le ministère de l’agriculture

Créer une AMAP. Pour ça, vous pouvez vous reporter au site internet du Miramap : http://miramap.org/-Les-AMAP-.html
Statut juridique : Les AMAP peuvent poursuivre leur activité normalement en respectant les mesures barrières. C’est en tout cas ce qu’a confirmé la préfecture d’Auvergne Rhônes-Alpes

Mesures sanitaires conseillées pour la vente directe

Sur les points d’approvisionnements :

  • Limiter au maximum le nombre de personnes présentes sur le lieu. Favoriser l’attente dans la queue.
  • Organiser une file d’attente avec au moins 1 m entre les personnes. La distance peu-être matérialisée par un marquage au sol ou des objets.
  • Sur les marchés, mettre en place une distance entre les stands de 4 m minimum.
  • Eviter au maximum l’échange et la manipulation de monnaie (faire l’appoint, CB sans contact, boîte pour déposer la monnaie, etc).
  • Pour les productions qui le permettent, préparer des paniers/colis à l’avance pour gagner du temps et éviter les échanges demonnaie grâce à des montants fixes.
  • Ne pas laisser les produits en libre service, faire soit même le service.
  • Respecter les gestes barrières (distance, lavage de main, etc)
  • Afficher sur le lieu de vente les mesures de précaution à respecter. L’affichage est important pour vous éviter d’avoir à rappeler les mesures en permanence.

Pour les consommateur.rice.s :
Respecter les mesures de précautions est vraiment indispensable : pour vous protéger, protéger les paysan.ne.s qui continuent à vous alimenter et permettre le maintien des marchés et points d’approvisionnement en faisant la démonstration de leur bonne tenue.

  • Ramener son propre sac pour ne pas utiliser sac, paniers ou caddies à disposition.
  • Préparer son moyen de paiement : faire l’appoint, CB sans contact, chèque rempli avec son propre stylo,déposer l’argent dans une boîte, etc.
  • Respecter les distances entre les personnes, à minima d’1 m, pendant toute le durée de vos courses.
  • Ne pas toucher les aliments et produits plus que de nécessaire.
  • Ne pas toucher les surfaces inertes du point de vente.
  • Si possible, ne pas venir avec des enfants sur le point de vente.

Publié le vendredi 3 avril 2020, par La Marmite.